Au manoir.

LOCTUDY

Fontaine de Kerveréguen

Loctudy font manoir de Kervéréguen

On peut la considérer comme une fontaine sacrée dans la mesure ou une statue de la Vierge a été placée dans la niche. Pour autant la sacralisation n’aurait ici qu’une fonction utile. C’est la fontaine qui alimente le manoir.

L’eau de cette fontaine alimente donc la propriété, mais sa source approvisionne aussi le doué, ou lavoir.

Petite histoire de la fontaine du Dinvès

POULLAN SUR MER

Petite histoire de la fontaine de Dinvès

Un groupe d’amis de Douarnenez et du Cap Sizun explorent ce lieu-dit à l’extrémité occidentale d’une voie romaine bordée de murs imposants formant des enceintes. Celles-ci les intriguent fortement, mais elles ne sont pas documentées et aucun organisme officiel ne s’y intéresse malgré plusieurs contacts.

Une personne âgée des environs leur signala, en contre bas, au sud-est, l’existence d’un lavoir est d’une fontaine curieusement surmontée d’une « gargouille ». Sous les ronces et le taillis, elle fut difficile à retrouver.

Effectivement, sur son faîte était allongé un animal fabuleux qui fut surnommé le dragon. Le groupe décida de revenir, pour nettoyer la fontaine et la photographier.

Le jour convenu, ils furent accueillis par un propriétaire hostile. Après négociations, il fut possible de s’occuper de la fontaine et d’en prendre des photos.

Dinvès

A l’automne 2014, ils retournèrent sur le site pour le montrer à un ami qui rejoignait leur groupe et là surprise plus de fontaine ni de lavoir.

Toujours sans réponse des organismes officiels ils recherchent sur le net et tombent sur le site que j’ai mis en ligne depuis maintenant cinq ans. Ils m’envoient des photos et voilà notre curiosité piquée par cette fontaine atypique selon eux. La restitution de la fontaine à ce jour, ne fait pas l’objet d’un programme de réhabilitation. Combien comme elle sont ainsi tombées dans l’oubli.

Alors rassemblons les éléments en notre possession.

Reconstitution et hypothèses

        Ce hameau de Poullan sur Mer, longé par la voie romaine, se trouve à la limite des
   communes de Pouldergat et de Douarnenez( Pouldavid) à l’est de la D785. 
              Il n’est pas loin de sites antiques, dont certains laténiens. 
Le nom du lieu-dit est Dinvès, qui signifie « mont tombe ». On y signale l'existence de 
               souterrains et selon certains des sacs d’or y seraient cachés.

Douarnenez n’est pas loin de l’autre extrémité de la voie romaine, à Lanriec. Dans la cour d’une ferme de ce village est conservé un autel gallo-romain anépigraphique, en bon état, trouvé dans les environs immédiats de Dinvès.

Au-delà de Lanriec, la prolongation de la vie romaine conduisait à Trégouzel et au grand temple qui y fut édifié.

Un peu plus bas que la fontaine il y a une zone marécageuse partiellement drainée aujourd’hui.  Un petit nombre de fontaines se trouvent à proximité d’établissements romains. Aucun recensement n’en n’a jamais été fait. Voici donc notre fontaine située.

Un document émanant de la Mairie de Poullan datée de 2002 nous donne une description du bâtiment ; Elle est extraite d’un recensement des lavoirs et fontaines de Poullan établi en 1987. « Propriété privée. La fontaine du Dinvez  figure à l’inventaire fait par la commune de Poullan il y a 15 ans. Voici la description qui en était faite : « Fontaine en mur pignon réalisée en pierre de taille. Petite niche en plein cintre. Deux contreforts bordent le bassin. La pierre faîtière représente un animal mythique. Le lavoir est de forme arrondi. Cette fontaine et son lavoir bordaient auparavant un étang avec une île au milieu. Elle est en bon état mais mal entretenue. »

Que représente la pierre faîtière. L’animal mythique en question n’a pas été déterminé, mais il y aurait du dragon ou de la salamandre que cela n’auraient rien d’étonnant. La  question qui se pose, pourquoi ? Le dragon est bien présent en Bretagne jusque sur les églises et chapelles qui parsèment notre territoire du Finistère.  Le marais ici, n’est plus qu’un souvenir. Mais la forme empreinte dans la pierre faîtière ne nous renverrait elle pas à nos origines ?

dinvès3

La plupart des fontaines bretonnes datent du XIV e et on ne sait rien des constructions qui les auraient précédées.  Il n’y a pratiquement aucun écrit sur ces fontaines quand elles ne dépendent pas d’un édifice religieux. C’est le cas de la fontaine du Dinvez. Pourtant je considère, et cela n’engage que moi, que cette fontaine est une fontaine sacrée. Mais ici la récupération catholique d’un culte antérieur païen ne s’est pas faite par l’apposition une croix, ou d’une niche pour un saint. Bien au contraire nous y trouvons ce que nous appellerons un dragon.

« La fontaine n’est jamais un objet quelconque, ni un point de repère. Elle est étroitement liée à la vie du village ». Notre fontaine n’est plus le support des croyances originelles, mais que nous dit le dragon ? Sa représentation n’est jamais vide de sens ni purement décorative. « Les sources étaient contenues, rendues utiles et comme exorcisées par leur transformation en fontaines ».  Bien ce monstre aquatique évoque symboliquement le danger des eaux, ici il défend la source.

dinvès1

Revenons à notre marais. « Dangereux, glauque, mouvant, le marais est un monde incontrôlable qui engloutit, aspire, suce les hommes comme le bétail. » « Il est chargé d’ondes négatives, il évoque la mort. »

Placé sur la fontaine le dragon apporte toute son aide pour contrecarrer ces dangers. Sa valeur symbolique est ambiguë ici. Garde t’il la source ou menace t’il les passants ?

Les photos sont du groupe découvreur de la fontaine.

 

 

Fontaine sacrée , fontaine profane.

Où sacré et profane se mêle.

La fontaine a été une condition essentielle de l’existence humaine. Comme la source, dont elle est le prolongement artificiel, elle présente initialement un caractère sacré, magique ou religieux et, à ce titre, est dotée d’attributs allégoriques ou de décors, évoquant ou conférant ce caractère.

Plogoff St Guénolé

Ces critères différencient mais peuvent aussi se cumuler pour qu’une fontaine devienne sacrée et profane. Elle peut être sacrée uniquement et avoir des fonctions profanes. L’adjonction d’un lavoir lui confère alors cela.  La présence d’un saint n’est, par ailleurs, nullement obligée pour lui conférer une vertu sacrée. De la même façon une fontaine que l’on sait « utilitaire » , donc profane, peut porter le nom d’un saint, d’une divinité. On trouve des fontaine surmontée d’une croix, des fontaines « blanche ». Certaines fontaines sont désignées par un nom spécifique non religieux comme « fontaine au lait ».  On trouve des fontaines dédiées aux fées, aux korrigans et même au diable.

Le culte de l’eau et des sources étaient une des formes les plus sensibles du paganisme. De la purification de l’âme aux soins du corps, il n’y a qu’un pas. L’église du haut moyen âge redoutait le retour des fidèles au paganisme. Elle pourchassait tous les signes de cette religion. La réaction ne fut ni la destruction, ni l’abandon. Ce fut la christianisation. Car les moines ne pouvant tarir les sources tâchèrent d’endiguer leur puissance occulte en l’absorbant au profit de Dieu. Cette récupération n’a pas empêché, par la suite, la fréquentation par une société restée traditionnelle.

Il est possible qu’une origine pré chrétienne soit directement imputable à certaines fontaines, mais on ne saurait rien en conclure pour l’ensemble d’entre-elles.

lennon barbe

Alors la frontière est parfois mince pour qualifier une fontaine de sacrée ou de profane. Une fontaine peur être qualifiée profane par certains, pour autant les « gens du pays » savent eux que l’on y puise  des eaux qui soulagent, qu’elle apporte des réponses ou tout simplement réconforte.

La notion de fontaine sacrée peut inclure des fontaines saintes et celles qui ont des pouvoirs sans être rattachées au culte catholique.

Landeda Broënou

Apaiser la soif, nettoyer les souillures telles ont été les fonctions de l’eau. Les hommes voulaient ainsi traiter leurs maladies en buvant l’eau miraculeuse ou en se baignant dans les eaux sacrées. Le rite seul peut qualifier une fontaine sacrée, de guérison, divinatoire ou magique. Le Finistère est particulièrement riche de ces fontaines qui nous offrent une multitude de rites et de patronages. Leurs propriétés sont à la fois diverses et inattendues mais dans la majorité des cas ont leur attribue le pouvoir de guérir.

Gouesnou StGouesnou3MK

On peut préciser que la plupart des fontaines sacrées sont constituées de trois espaces qui diffèrent dans leur aspect architectural et dans le pouvoir qu’on leur attribue.

Tout d’abord le bassin ou jaillit l’eau et au dessus duquel est placée la statue du saint protecteur ; c’était l’eau la plus pure, la plus sacrée ; l’absorption en est conseillée.

Puis une, deux ou trois vasques  ou bassins traversés par le courant ; l’eau était encore soumise aux propriétés curatives, on pouvait y tremper un membre malade.

Enfin en dehors de l’enclos, le lavoir ou l’abreuvoir retient l’eau ; mais elle avait alors perdu toute vertu curative, hormis celle de pourvoir au lavage du linge et d’ apaiser la soif des bovins et autres animaux.

Locronan

 

De pays en pays.

   *

  Le Finistère compte donc 16 pays traditionnels, c’est le département qui comporte en outre le plus grand nombre de fontaines. Leur nombre précis est inconnu. Le Léon et la Cornouaille n’en n’ont pas moins de 1500 à 2000, soit une moyenne de 4 à 5 par commune. Les pratiques remarquées sont intimement liée au pays, à la tradition. 

carte finistère

Les communes du pays de l’Aven :

Arzano- Bannalec- Baye-Benodet-Clohars Carnoët-Clohars Fouesnant-Concarneau-Elliant-Forêt Fouesnant (La)-Fouesnant-Gouesnach-Guilligomarch-Locunolé-Melgven-Moëlan sur Mer-Nevez-Pleuven-Pont Aven Nizon-Querrien-Quimperlé-Rédéné-Riec sur Belon-Rosporden Kernevel-Scaër-Saint Evarzec-Saint Thurien-Saint Yvi-Tourc’h-Tregunc-Tremeven-Trevoux (le).

Riec sur Belon

Les communes du pays Bigouden :

Combrit-Guiler sur Goyen- Guilvinec (le)-le Tudy-Landudec-Loctudy-Penmarc’h-Peumerit-Plobannalec Lesconil-Plogastel saint Germain-Plomeur-Plonéour Lanvern-Plovan-Plozevet-Pont l’Abbé-Ploudreuzic-Saint jean Trolimon-Treffiagat-Treguennec-Tremeoc-Treogat.

Plomeur

Les communes du pays Glazic :

Briec de l’Odet-Cast-Coray-Edern-Ergué Gabéric-Gourlizon-Guengat-Juc’h (le)Kerlaz-Landrevarzec-Landudal-Langolen-Leuhan-Locronan-Ploeven-Plogonnec-Plomelin-Plomodiern-Ploneïs-Plonevre-Porzay-Pluguffan-Quemeneven-Quimper-Saint Nic-Tregourez.

Plomodiern

Les communes du pays Pen Sardin :

Confort Meilars-Douarnenez-Mahalon-Pouldergat-Poullan sur Mer.

 Les communes du pays du Cap Sizun :

Audierne-Beuzec cap Sizun-Cleden Cap Sizun-Esquibien-Goulien-Plogoff-Plouhinec-Pont Croix- Primelin-Sein.

 Cleden Cap Sizun

Les communes du pays Dardoup :

Châteauneuf du Faou-Collorec-Laz-Plonevez-du Faou-Saint Goazec- Saint Thois.

Chatauneuf du faou

Les communes du Poher :

Berrien-Bohars-Bolazec-Botmeur-Brennilis-Carhaix-Cleden Poher-Feuillée (La)-Huelgoat-Kergloff-Landeleau-Locmaria Berrien-Motref-Plounevezel-Plouyé-Poullaouen-Scrignac-Spezet-Saint Hernin.

Plouyé

Les communes du Pays Bidar :

Brasparts-Cloître Pleyben (Le)-Lannedern-Lennon-Loqueffret-Pleyben.

Brasparts font St Tugen

Les communes du Pays Rouzig :

Argol-Châteaulin-Dineault-Faou (Le)- Gouezec-Landevennec-Lorerec-Lothey-Pont de Buis les Quimerc’h-Port Launay-Rosnoën-St Coulitz-St Rivoal-St Segal-Tregarvan.

Pont de Buis les Quimerch font St Léger

Les communes du Pays de Crozon :

Camaret sur Mer-Crozon-Lanvéoc-Roscanvel-Telgruc.

Crozon

Les communes du Pays Kernevodez :

Daoulas-Dirinon-Hanvec-Hôpital Camphrout(L’)-Irvillac-Logonna Daoulas-St Eloy-St Urbain.

Daoulas

Les communes du Pays Plougastel :

Loperhet-Plougastel Daoulas.

Plougastel Daoulas

Les communes du Bas Léon :

Bohars-Bourg Blanc-Brélès-Coat Meal- Conquet (Le)-Forest Landerneau (la)-Gouesnou-Guilers-Guipavas-Guipronvel-Kersaint Plabennec-Lampaul Plouarzel-Lampaul Ploudalmezeau-Landeda-Landunvez-Lanildut-Lannilis-Lanrivoaré-Locmaria Plouzané-Milizac-Molène-Ouessant-Plabennec-Plouarzel-Ploudalmezeau-Plougonvelin-Plouguin-Plomopguer-Plourin Ploudalmezeau-Plouvien-Plouzané-Porspoder-Relecq Kerhuon (Le)-St Divy-St Pabu–St Renan-St Thonan-Trebabu-Treglonou-Treouergat.

Landunvez

Les communes du Haut Léon :

Bodilis-Carantec-Cleder-Cloître st Thegonnec (Le)-Commana-Drennec (Le)-Folgoët (Le)-Guiclan-Guimiliau-Lanarvily-Landerneau-Landivisiau-Lanhouarneau-Lanneufret-Lesneven-Loc Brevalaire-Loc Eguiner- Loc Eguiner st Thegonnec-Locmelar-Locquenolé-Martyre (La)-Mespaul-Pencran-Pleyber Christ-Ploudaniel-Ploudiry-Plouedern-Plouenan-Plouesca-Plougar-Plougoulm-Plougourvest-Plouneour Menez-Plouneventer-Plounevez Lochrist-Plouvorn-Plouzevedé-Roscoff-Santec-Sibiril-Sizun-St Derrien-St Martin des Champs-St Méen-St Pol de Léon-St Sauv eur-St Servais-St Thegonnec-St Vougay-Ste Sève-Taulé-Treflaouenan-Treflevenez-Treflez-Tregarantec-Trehou (Le)-Tremaouezan-Trézilidé.

Commana

Les communes du Pays Pagan :

Brignogan Plage-Goulven-Guisseny-Kerlouan-Kernilis-Kernoues-Plouguerneau-Plouider-Plouneour Trez- St Frégant.

Plouguerneau

Les communes du Pays du BasTrégor :

Botsorel-Garlan-Guerlesquin-Guimaëc-Lanmeur-Lanneanou-Locquirec-Morlaix-Plouegat Guerant-Plougat Moysan-Plouezoc’h-Plougasnou-Plougonven-Plouigneau-Plourin les Morlaix-Ponthou (Le)-Roche Maurice (La)-St Jean du Doigt. 

Morlaix

  La fontaine de dévotion est en générale située à proximité d’un lieu de culte. En Bretagne presque toutes les fontaines sacrées sont des fontaines de guérison, mais pas seulement. Certaines font des révélations, des oracles, d’autres font des prédictions. Dans tous les cas sources et fontaines sont des objet de vénération dès les cultes païens les plus anciens.

 L’église préférera sanctifier ces sources. Ainsi donc en plaçant les fontaines sous l’invocation des « saints », le christianisme n’a fait que

 « déguiser les croyances antiques et sanctifier des habitudes païennes. » (R.Le Deunff) 

     Les fontaines profanes ou domestiques peuvent être attenantes à un  lavoir. Elles sont proches des hameaux. Elles servent à des tâches multiples, lavage du linge, abreuvage des bêtes, remplissage des seaux pour l’usage domestique. Parfois le profane et le sacré se côtoient. La fontaine est alors sous le vocable d’un saint et est dotée de pouvoirs, quant au lavoir il est à usage domestique. 

 

    D’une fontaine à l’autre les maladies traitées sont différentes. D’une fontaine à l’autre les rites observés sont différents.

De la source à la fontaine.

Qu’est-ce qu’une fontaine ?

La fontaine est la construction faite pour recueillir l’eau jaillissant d’une source ou amenée sous pression ou par gravité par un conduit. Les fontaines furent aménagées au cours de siècles.

D’abord de simples cailloux,

De la source à la fontaine. quimerchfeunteunvianlannegarmk2-300x225

puis auge de pierre afin de recueillir l’eau de la source,

plomeur-feuteun-vihan1-300x225

ensuite un petit monument, un oratoire aussi avec une niche pour abriter le saint ou la sainte.

Scaer font Plascaer

La valeur religieuse des sources, qui remonte à la proto-histoire, se maintient au moyen âge, bien que de nombreux docteurs de l’Eglise en interdisent le culte et les rituels « diaboliques », c’est-à-dire païens, de Tertullien au III e siècle jusqu’au XVIe siècle. (P.AUDIN)

Les Celtes en général et les Bretons en particulier ont toujours été fascinés par l’eau vive. Pour les druides, les eaux étaient sacrées et ils attribuaient à celles qui jaillissaient de terre des vertus thérapeutiques (auxquelles nous croyons encore aujourd’hui : d’où le succès du thermalisme). Le christianisme n’a pas aboli le culte des fontaines, auquel le peuple tenait trop, mais il l’a christianisé par la consécration de chaque source à un saint que l’on prie pour obtenir la guérison des hommes ou du bétail. (Y. BREKILIEN)

font-st-eutrope-300x225

À l’instar de ces monuments mégalithiques démolis, des milliers de fontaines ont été comblées aux XIX e et XX e siècles : rasées et enfouies lors d’un remembrement destiné à niveler le paysage autant que la culture qui y puisait ses sources.

Les fontaines, petits édifices de pierre construits directement sur des sources aux eaux vertueuses, avoisinent très souvent des chapelles rurales, mais pas seulement. L’utilisation de l’eau à des fins domestiques n’est pas sans importance si l’on considère que la très grande majorité des fontaines n’a pas de vertu reconnue.

 

 

Gouesnou StGouesnou

Les fontaines attenantes au lavoir sont proches des villages. Elles ont une fonction domestique et sont alimentées par un cours d’eau. Les fontaines ont longtemps été des monuments d’une utilité de premier ordre pour l’ensemble d’une communauté. Elle servait à de multiples tâches tel l’abreuvage des animaux et le remplissage des seaux pour l’usage domestique.

 Locronan

Il peut exister des fontaines perdues au milieu des champs, à l’écart de tout lieu habité. Elles sont souvent le seul  vestige d’une occupation humaine disparue.

combrit-seiz-feuteun-215x300

L’eau quotidienne et l’eau « sacrée » sont indissociables. L’eau est présente partout et sous les formes les plus variées. Ce que confirme la toponymie. La toponymie nous donne aussi des renseignements précieux sur les activités liées à l’eau.

Virginale.

PLOUHINEC

Fontaine de Prat Aven .

Elle est au hameau de Kéréval à proximité du circuit de randonnée du Goyen. (approximativement en contrebas du village de Kereval). 

Selon les informations reçues d’habitants de Keredan et de Kéréval, la fontaine de Prat Aven attirait les foules jusque dans les années 1950. Des « ex-votos » et des statues  de la Vierge (venant de Lourdes) ont été trouvées dans la boue du bassin de la fontaine lors du curage. Après nettoyage, elles ont été remises en place. Il existe deux autres sources à côté de cette fontaine. Ces trois sources seraient le symbole celtique des trois aspects de la Mère Primordiale repris par la chrétienté sous l’appellation des Trois Marie.

Virginale. dans Fontaine de guérison plouhinec-kerreval2-206x300

Pour autant ce n’est pas une fontaine sacrée. Elle n’en possède pas moins des pouvoirs thérapeutiques : selon les témoignages des anciens, son eau atténue les douleurs musculaires et soulage les souffrances des rhumatisants. 



Histoire de religieuse.

DIRINON

Fontaine sainte Nonne XVIIe.

La fontaine sacrée de Sainte-Nonne est située au bord de la route qui relie le bourg à Kerverrot vers le sud,  et à 1,3km du bourg. Prendre le chemin côté de l’oratoire jusqu’à la fontaine en direction de Kerverrot.  La fontaine se trouve à droite après la voie ferrée Elle se trouve au pied des éoliennes de Dirinon. 

Histoire de religieuse. dans accouchement- Dirinon-font-Ste-Nonne 

Cette fontaine  de style « Renaissance » à pilastres porte un fronton triangulaire et des  bassins extérieurs est enclose dans un mur en moellons du pays. C’est une fontaine assez haute avec un toit en batière et un mur pignon.  L’eau s’écoule dans trois vasques ovales.  Dans une niche, juste au-dessus de la fontaine se trouve la statue de la sainte. La sainte y est représentée avec un livre à la main. Sur le fronton duquel se lit la date de 1623, au-dessous d’un écusson portant un chevron accompagné de trois merlettes. 

L’eau chargée de vertus guérisseuses aurait le pouvoir de soigner les maladies des yeux.

Les mères venaient à la fontaine invoquer sainte Nonne pour obtenir la guérison de leurs enfants souffrant de coliques.

Les femmes enceintes y priaient pour que l’accouchement se passât bien.

On lui offrait des croix en bois.

Dirinon-Nonne2-195x300 dans Fontaine de guérison

Voici la légende

Sainte Nonne , religieuse dans un monastère de Cornouailles, fût violée. Alors enceinte du Roi Kérétig, elle s’enfuit et franchit la mer et se réfugie en Armorique. Elle y fonde son monastère « Diri Nonn », les chênes de Nonne ou elle mit au monde un nouveau-né Saint Divi. Il fallait de l’eau pour le baptême. Elle fit donc  jaillir la source pour lui permettre de faire baptiser baptiser son fils Divy. Tout près, est le rocher sur lequel elle déposa son enfant nouveau-né, et qui s’amollit pour prendre l’empreinte de son petit corps. Cette marque s’y voit toujours, ainsi que la trace des genoux de la Sainte.

 

Alar, Brigit et Martin.

PLOUARZEL

Fontaine saint Eloi ou sant Alar XVIe .

Bien que la note explicative fait état d’une fontaine de Sainte Brigite, nous sommes bien en présence de celle de St Eloi (Alar).
Le hameau de saint est à 3 km du bourg et signalé. La fontaine est sur la droite avant d’arriver à la chapelle. Elle occupe un espace dans le champ. Il faut descendre quelques marches pour accéder au bassin.

Alar, Brigit et Martin. dans Fontaine de guérison Plouarzel-Fontaine-saint-eloi2-300x225

La niche supérieure de la  fontaine contient une sculpture en bas- relief représentant saint Martin à cheval en train de couper son manteau pour en donner la moitié à un pauvre.

Plouarzel-Eloi-300x220 dans Fontaines sacrées-

Lors du pardon, chaque cheval reçoit sur la croupe une écuelle d’eau puisée dans la fontaine consacrée, qui sous la protection de Sainte Brigitte, posséderait des vertus de fécondité.  la croupe et le col des chevaux sont arrosés de l’eau de la fontaine, moyennant une offrande, puis ils doivent accomplir le lamm sant Alar, le saut au-dessus du ruisselet sortant de la fontaine. 

Une fois ce saut accompli, les cavaliers mettent pied à terre et tournent trois fois autour de la chapelle en tenant leur cheval par la bride, après avoir déposé une obole en argent ou en crin sur la table d’offrande.

Plouarzel-Fontaine-saint-eloi1-224x300 dans PAYS BAS LEON-

Saint Éloi a remplacé peu à peu, du fait d’une confusion, saint Alar, un vieux saint breton patron des chevaux. 

La date du pardon, le 24 juin ici, est le jour de la fête de la lumière et du feu, date importante pour les peuples celtiques.  On vient demander à Saint Eloi la protection des chevaux : le cheval est un animal solaire que l’on célébrait lors du solstice d’été.Les pratiques ancestrales se déroulent toujours ici. Les chevaux sont bénis par le prêtre (religion chrétienne), ils accomplissent trois fois le tour de la chapelle (rite solaire) et ils pratiquent le saut du ruisseau : Lamm sant Alar, lié à la source et particulièrement à la protection des chevaux, l’eau est versée sur la croupe (pratique ordinaire).

Avec du vieux on fait du neuf.

LOCMARIA PLOUZANE

Fontaine Notre Dame de Lanvennec 15e.

Il s’agit  de la fontaine « An Introun Varia ». An Introun Varia est l’une des deux formes consacrées afin de nommer la Vierge Marie en breton.

Avec du vieux on fait du neuf. dans Fontaine de dévotion ND-de-Lanvennec-202x300

Il faut prendre la rue de la Fontaine, Le monument est attenant au presbytère et au Parking, vers l’aire de repos de Ty Izella. La fontaine est située à environ une centaine de mètres. Selon la tradition, c’est saint Sané qui fit jaillir la source

Loc-Maria-Plouzané-200x300 dans Fontaines sacrées-

C’est un édicule assez massif. Elle a été bâtie avec les vestiges d’un ancien calvaire réinsérés dans le mur au-dessus de la fontaine. Elle est surmontée d’un Christ en kersantite , la date y est inscrite : 1623.

Dans la niche au-dessus du bassin, vestige d’une première croix: Vierge à l’Enfant, et crucifix face tournée vers le fond. Second vestige: croisillon et crucifix, inséré dans le mur lui-même, avec un dais au-dessus.

La fontaine avait des pouvoirs sacrés, tout un rituel guérissait les enfants malades.  Pour obtenir la guérison de l’enfant malade, on fait vider et nettoyer le bassin par un pauvre, puis on plonge dans l’eau renouvelée, un chemise qu’on fait sécher et revêtir ensuite à l’enfant. La guérison était immédiate.

La fonction oraculaire a perduré. Si la chemise coule, l’enfant meure. Si la chemise surnage, il vit. Si elle reste entre deux eaux, l’état maladif se prolonge.

 L’eau s’écoule dans un bassin cubique qui de temps à autre n’est plus que faiblement rempli.

  Il n’y a pas d’autre « introun Varia » dans les environs immédiats. Tous les habitants savent qu’il s’agit de « Introun Varia Lanvenneg », sainte patronne de Locmaria.

Pour avoir sa part.

LANDEDA

Fontaine de la baie des Anges.

C’est la fontaine la plus entretenue de la commune.

Elle se situe au sud de l’abbaye du même nom.  En bord de route aujourd’hui, au sortir du port de l’Aber Wrac’h,  sur la gauche en remontant vers le bourg. 

Pour avoir sa part. dans Fontaine de dévotion Landeda-Baie-des-Anges

Certains avancent que «l’abbaye aurait été construite sur le site d’une antique fontaine druidique réputée».

La source qui alimente le lavoir de la baie des anges est triple. Cette particularité liée au symbolisme tripartie des Celtes était la marque de son élection sacrée. L’endroit est très beau. Un vieux sureau domine la fontaine.

123

nabil |
Vigne et cheval |
Coups de coeur et Cie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | c mina3
| Justina Angebury
| Réservation 2010 - Furet / ...