le fils de Gologwen.

GOULVEN

Fontaine Saint Goulven.

Par la D10 en direction de Kerlouan. A Kérouzien. La fontaine monumentale est signalée. On la trouvera à gau­che de la chapelle de Goulven. 

L’attachement des populations bretonnes aux sources sacrées ancestrales a contraint le clergé du haut Moyen Age a christianiser les pratiques chrétiennes qui s’attachaient à celles ci, plutôt que de les attaquer de front.

La fontaine de Saint Goulven est un monument de style renaissance à pignon. Elle est entourée d´une enceinte carrée et de bancs de pierre. La source jaillit au milieu du bassin dallé. C’est le saint en personne qui selon la légende fit jaillir la source. Le mur du fond contient la niche formée de deux pilastres coiffés d’un petit toit et prenant appui sur une console moulurée. A droite de la statue de saint Goulven, le sarcophage encastré dans le mur passe pour avoir été le lit de saint Goulven. 

le fils de Gologwen. dans Fontaine de guérison Goulven-fontaine_saint_goulven__Lavoir-300x194

Lors du  pardon, célébré, le premier dimanche de juillet, le prêtre plonge dans la source une relique du saint ; dès lors, l’eau sacrée a le pouvoir de guérir.  Dans le mur, on peut voir le sarcophage communément appelé « lit ou tombeau » de Saint Goulven. Les pèlerins s’ y allongeaient en invoquant le saint afin d’être guéri. L’eau de la fontaine passait aussi pour miraculeuse et était surtout réputée pour guérir la fièvre et les rhumatismes ainsi que le mal de dos.  Pour le mal de dos, pendant que la personne souffrante priait à genoux, une autre personne lui jetait de l’eau sacrée à pleins seaux sur le dos. 

goulven dans Fontaine monumentale-

La fontaine avait aussi un pouvoir oraculaire. Le malade envoyait quelqu’un de son entourage à la fontaine pour y prier à sa place. Cela devait être fait à l’heure de minuit. Si le bruit entendu était celui d’une pierre jetée dans le bassin, la guérison était assurée.

.

font-st-Goulven-197x300 dans Fontaine pignon-

Plus tard, les fidèles, répugnant d’utiliser à des fins profanes cette eau miraculeuse « creusèrent près de cette fontaine et en trouvèrent une autre qui sert à boire et à préparer la nourriture ».

Vie légendaire de saint Goulven.

C´est à cet endroit en 540 que Gologwen a donné naissance à saint Goulven. Cela se passait au VIe siècle. Glaudan et sa femme Gologwen avaient échoué dans la baie de Goulven.

Laissons Albert Le Grand raconter la suite: « étans sortis du vaisseau, ils prirent leur chemin le long du rivage, et arrivèrent en la Paroisse de Ploüider, distante de deux lieuës de Lesneven et Plouneour-trez, de façon qu´ils furent contraints de chercher à loger, cette nuit, en un Village situé és paluds de Brengorut, mais le Païsan à qui ils s´adressèrent, voyant que c´estoient des étrangers pauvres et nécessiteux, les refusa, de sorte qu´ils furent contraints de loger en un lieu, nommé Odena, où Gologuenn accoucha d´un fils ».

Le lendemain, Glaudan alla chercher un peu d´eau pour laver l´enfant mais on ne lui en donna pas. Et Albert Le Grand de poursuivre: « Voyant donc qu´en vain il avoit courru, d´ailleurs la nécessité de sa femme, l´enfant foible et débile, il eut recours à Dieu, se jetta à genoux et luy présenta son humble prière, le suppliant, la larme à l´oeil, de les assister en cette extrème nécessité. Sa prière finie, tout incontinent, une belle fontaine sourdit, distante de seulement d´un jet de pierre du lieu où estoit gisante Gologuenn, de laquelle elle but, puis y lava son enfant ; prognostique que cet enfant, en faveur duquel cette fontaine fut miraculeusement produite, seroit une vive source de doctrine et sainteté, de laquelle les hommes puiseroient les eaux salutaires, pour rassasier la soif de leurs Ames altérées. » 

La nouvelle de ce miracle se répandit. Un homme aida les arrivants qui le désignèrent comme parrain de l’enfant. Le bébé fut appelé Goulven. Son parrain ne l’abandonna pas. Le moment venu, il le plaça dans une école monastique. Il y apprend l’enseignement biblique qui le marque très jeune. Il se contente depuis son enfance de se nourrir que de pain, d’eau et quelques légumes. Ses études terminées  Golven catéchise à son tour des auditoires nombreux, se retire à Odena dans une petite « maison de pénitence », une sorte de cabane

On vint le consulter et faire appel aux dons de thaumaturge qu’on lui prêtait.Son hermitage est pendant de longues années lieu d’oratoire, de prières et de miracles. C’est qu’en effet Goulven réalisait des miracles. qui établirent sa renommée, si bien qu’il fut nommé évêque du Léon. . Evêque de Léon de 600 à 608 d’abord avec réticence, puis de plein cœur, Golven décide de retrouver la solitude en forêt de Brocéliande, pour enfin trouver son dernier hermitage à Saint-Didier en compagnie de son fidèle disciple Maden.
L’église canonisa Golven le lendemain de sa mort.


Eau non potable !

PLONEVEZ PORZAY

 plonevezporzayfontsteannepalue.jpg

Fontaine Sainte Anne de la Palue  XIXe.

La fontaine monumentale actuelle avec son enclos muré a remplacé celle datée de 1642. Elle est entourée d’un enclos, en contrebas de la route.

Cette fontaine avec un pignon sur le mur d’enclos est surmontée d’un fronton brisé avec un entablement mouluré, pilastre en applique, niche en anse de panier, partie basse avec des ailerons à volutes, bordure de protection du bassin.

Dans une niche posé sur un piédestal, un groupe de Sainte Anne et Marie est visible.

Sainte Anne y est invoquée pour toutes les maladies, toutes les souffrances.  Ceci fait d’elle une fontaine un universelle. Malgré la célébrité de son pardon, la fontaine est dégradée et tristement aménagée.Un panneau « eau non potable » y est bien visible.

Eau non potable ! dans Fontaine de guérison Plonevez-la-Palue-211x300
Les pèlerins font trois fois le tour de la chapelle avant de faire leurs ablutions à la fontaine dans l’auge circulaire.

La sainte a fait jaillir cette fontaine qui guérit tous les maux et plus particulièrement des rhumatismes. On y vient aussi pour obtenir des nouvelles des marins partis en mer.

plonevez-p-steannelapalud-300x222 dans Fontaine monumentale-

A la fontaine miraculeuse, les mendiantes pour quelques sous, font le service de l’eau sainte dans des bols de faïence.Les pèlerins venus pieds nus afin d’accomplir un vœux en profitent pour faire quelques ablutions.

La légende de sainte Anne.

En breton, sainte Anne est surnommée « Mamm gozh ar Vretoned », c’est-à-dire la grand-mère des Bretons. Des légendes la décrivent comme originaire de Plonevez Porzay. Anatole le Braz publie un récit dans laquelle Anne est mariée à un seigneur cruel et jaloux, qui lui interdit d’avoir des enfants. Lorsqu’elle tombe enceinte, il la chasse du château de Moëllien. Son errance avec la petite Marie la conduit à la plage de Tréfuntec où l’attend un ange, près d’une barque. Selon la volonté de Dieu, l’ange l’amène jusqu’en Galilée. Bien des années plus tard,Marie épouse Joseph et devient la mère du Christ. Anne revient en Bretagne pour y finir sa vie dans la prière et distribue ses biens aux pauvres. Toujours selon cette légende, le Christ vient lui rendre visite, accompagné de ses disciples Pierre et Jean, et lui demande sa bénédiction, avant de retourner en Terre Sainte. Son corps aurait disparu après sa mort, mais des pêcheurs auraient retrouvé une statue à son effigie en baie de Douarnenez. Celle-ci, installée près de l’endroit où Jésus avait fait jaillir une source, est devenue le but du plus ancien pèlerinage consacré à Sainte Anne et a pris le nom de Sainte-Anne-la-Palud.

Une autre légende raconte qu’Anne serait une déesse christianisée de la fertilité, mère des dieux d’Irlande.

nabil |
Vigne et cheval |
Coups de coeur et Cie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | c mina3
| Justina Angebury
| Réservation 2010 - Furet / ...