La Blanche.

KERSAINT PLABENNEC

Fontaine Notre Dame de la fontaine Blanche

font Blanche

 A l’est du bourg, au lieu dit Fontaine Blanche.

C’est une fontaine profonde. accessible par une volée de marches.



Tu es Pierre.

GUIPRONVEL

Fontaine saint Pierre 

Une fontaine, dite de Saint Pierre ou de jouvence, coule à 500 mètres du manoir de Keranflec’h, dans la partie basse du bois à gauche du chemin du moulin, en contrebas de Veleury Nevez.

Deux parcelles voisines étaient connues sous l’appellation « Prat ar feunteun izella » et « Coat ar feunteun izella ».

saint pierref

Ce serait la seule fontaine de la commune à porter une pierre ornementée. La pierre de chevet en granit porte un blason gravé surmonté d’une croix. Les chiffres 17, associés à la lettre F, sont gravés à gauche et 31 à droite. Ce serait l’année 1731 date à laquelle cette fontaine aurait été construite ou rénové



Dans le bois.

HANVEC

Fontaine saint Pol Aurélien 

Dans le Bois du GarsLa fontaine ne semble pas liée à une chapelle, elle est dédiée à saint Pol-Aurélien, l’un des sept saints fondateurs de Bretagne, émigré de Grande-Bretagne au début du 6 e siècle, premier évêque de Saint-Pol de Léon.Fontaine de dévotion Saint-Pol, peut-être édifiée par les seigneurs de Kerliver entre la seconde moitié du 17 e siècle et la première moitié du 18 e siècle, dans le nord du bois du Gars.

pol aurélien f

Fontaine de dévotion construite en grand appareil de granite, du type à pignon ouvert en plein cintre avec console intérieure pour poser la statue du saint (moderne). La pierre d’écoulement de la fontaine et la rigole d’évacuation facilitent le ruissellement de l’eau vers l’extérieur du bassin. 



Abandonnée.

SCRIGNAC

 

 Feuteun Wareg

Au hameau de Quéfforc’h, juste au pied de la chapelle de Saint-Hernin ou st Divy. De la chapelle Saint-Hernin  élevée au centre du hameau – elle portait la date de 1761- ne subsistent que quelques pans de murs envahis par la végétation. 

Fontaine Saint Nicolas

Encore une fontaine orpheline de chapelle.

Photo non disponible



Une vierge.

KERGLOFF

Fontaine sainte Agnès 

Il faut au sortir du bourg prendre la rue de la Résistance et, au carrefour, prendre la D48 vers Lorient. Après 350 m tourner à droite vers Sainte Agnès, puis sur la gauche sur 350 m.

ste agnes

La fontaine est en contrebas, dans la prairie de gauche au pied d’un bosquet.

Sainte Agnès est la patronne de la chasteté, des couples.

 



Simplissime.

HUELGOAT

Fontaine saint Yves.

stivell-euzen st yves

Route de la Gare. La fontaine et son lavoir se trouve au pied de la maison du sieur de Kervoac’h. C’est une résurgence aménagée comme réserve d’eau. Les fontaines sacrées n’ont pas besoin de belles pierres de taille pour  porter un nom de saint. Ici  l’ église saint Yves qui a une particularité unique  dans un village en  Bretagne, elle a été construite dans le schéma urbain romain ,elle est dans l’alignement des maisons et non au centre du village breton. La fontaine est à 200 mètres de l église elle est sur la route du Gouffre et en face de l’ancien hôtel d’Angleterre .



Ces Saints Quimpérois.

 QUIMPER

 Fontaine Saint-Tugdual

Au quartier de  Locmaria de Quimper, dans le périmètre de la chapelle de Locmaria.

C’était le point d’eau usuel de la communauté religieuse des lieux.

st tugdual

Fontaine Saint Laurent

Elle est à proximité de la chapelle. Dans l’espace vert derrière l’hôpital.

Fontaine Saint Corentin

Elle est à côté de la chapelle saint Julien. Une statue de saint Corentin décorait la fontaine.

« Un ivrogne de la rue Neuve ayant brisé cette statue, Dieu vengea saint Corentin en frappant de la peste la maison du coupable, d’où la contagion gagna les quartiers de la ville ».

Sur un vœu fait à saint Corentin le fléau cessa au lieu même où il avait commencé (1643) (LE MEN, p. 354-355).

Fontaine saint Pierre

A Kerfeufeuteun

Fontaine avec bassin de granit et lavoir.Elle était jadis ornée de la statue du saint patron, disparue, mais dont on voit encore la console et la niche.

Fontaine du Diable

Pour trouver cette fontaine, il faut quitter la route septentrionale de Quimper à Penhars, après avoir dépassé les bâtiments de l’ancien Grand Séminaire, quelques mètres après l’angle droit que fait le mur d’enceinte. On prend un sentier qui conduit en deux minutes à la fontaine, tapie au fond d’un repli de terrain. C’est un édicule en maçonnerie, couvert d’une voûte cimentée. L’eau y est délicieuse et intarissable. Pourquoi ce nom de feunteun an diaoul ? M. Le Guennec posa un jour la question à un vieillard du voisinage qui lui fit le récit suivant :

« Lorsqu’on construisit les bâtiments du Séminaire, l’entrepreneur chargé d’enclore la propriété d’une muraille [Note : Il s'agit en fait de la muraille de clôture des anciens bâtiments du Calvaire] songea qu’il serait aussi expéditif qu’avantageux pour lui de charger le diable de ce travail. Il l’appela donc à la fontaine et le pria de bâtir le mur en question le plus diligemment possible. L’accord fut conclu aux conditions suivantes. La clôture du parc serait terminée dès la nuit prochaine avant que le coq chantât. En récompense, Satan pourrait, à la mort de son client, revendiquer l’âme de celui-ci. Mais si le coq se faisait entendre avant l’achèvement total du mur, son constructeur perdait tout droit au salaire convenu. Le diable, on le sait, va vite en besogne. Il est plein d’adresse et de ressources, et la main-d’œuvre ne lui manque point. Edifié par des ouvriers invisibles, le mur grandissait à vue d’oeil au clair de lune, escaladant d’un côté la montagne de Penhars, et de l’autre courant le long de la route de Pont-l’Abbé, entre la Palue et Ty-Laou. Encore une demi-heure, et l’immense enceinte serait complète. Jusque là, l’entrepreneur avait espéré que le démon n’arriverait pas au bout de sa besogne.  » Ce qu’il aura construit, se disait-il, sera toujours autant d’attrapé, et mes maçons feront le reste « . Mais cette prodigieuse rapidité le mit dans les transes. Son âme était-elle donc dévolue sans rémission aux flammes éternelles ? Une unique ressource lui demeurait, celle d’avancer le moment où, selon leurs conventions, la muraille devait être finie. Le pauvre homme courut à Bourlibou, où était son logis, se précipita dans le poulailler, empoigna un superbe coq qui dormait encore sur son perchoir et le plongea brusquement dans une baille d’eau froide. Eveillé en sursaut de la plus désagréable façon, le volatile se débattit, s’ébroua, lançant quelques notes enrouées auxquelles succéda, lorsqu’il eut repris ses esprits, un cocorico encore un peu désorienté, mais suffisant. Là-bas, le démon l’entendit et resta court… Deux ou trois toises de maçonnerie manquaient seules encore au parachèvement de son ouvrage. C’était assez pour qu’il perdit la partie.  » Tu triomphes, dit-il avec colère à l’entrepreneur, grâce à ce maudit coq que je voudrais bien tenir tout plumé dans la plus bouillante de mes marmites. Mais ne te réjouis pas trop tôt. En vain essaieras-tu de terminer ce mur, que je suis obligé de laisser incomplet. Il aura toujours une brèche en un endroit quelconque et tu dépenseras ton dernier écu à vouloir le remettre en état « . Et c’est ce qui est arrivé, conclut le vieux gardien. L’entrepreneur se ruina à consolider ce mur neuf qui toujours tombait en quelque endroit, et aujourd’hui encore la parole du diable continue d’être vraie. Voici deux ans, il y a eu un éboulement entre l’usine et Ty-Laou. A peine a-t-il été réparé que la muraille s’est affaissée du côté opposé, vers le chemin de Penhars. Vous avez sans doute remarqué cette brèche, longue d’une douzaine de mètres. On ne l’a pas encore bouchée, car à quoi bon ? Aussitôt, une nouvelle dégringolade de moellons se produirait ailleurs, et ainsi de suite. Le travail du diable, voyez-vous, c’est toujours ainsi. Ça a l’air soigné et bien fait, mais en définitive, ça ne vaut rien du tout ».

Fontaine sainte Claire Penhars

Une croix en kersanton existe au cimetière, souvenir de la Mission de 1886. La fontaine de dévotion se trouve à mi-pente dans la vieille côte qui, par le Nord, mène de Quimper à Penhars (Archives de l’Evêché) 



Saint Denis à l’hôpital.

PLOGONNEC

Fontaine Notre Dame de Treguren.

A la chapelle saint Denis. Au hameau de Seznec.

Photo non disponible.

Fontaine de Croas Hopital

au Nord Ouest .

Croas Hopital



Sébastien partagé.

PLONEOUR LANVERN

Fontaine Saint Sébastien 

Cette fontaine de dévotion se trouve en limite de commune avec Tréméoc. La chapelle est sur cette commune, la fontaine sur Ploneour. Le village de Saint Sébastien se trouve à 1,9 km au nord du bourg de Tréméoc, à la limite de la commune de Plonéour-Lanvern. On y trouve la seule chapelle encore existante de Tréméoc.

Un jour saint Alour et saint Enéour faisaient route ensemble, montés, le premier sur une belle haquenée saxonne, le second sur un petit poulain rouge boiteux. Arrivé près de la fontaine appelée depuis « la fontaine de saint Sébastien», saint Alour de dire : «Tout ce que votre, petit poulain pourra de ses trois pieds parcourir depuis le coucher du soleil jusqu’au chant du coq, je vous le donne. Bonsoir ! »,( Fort bien répondit saint Enéour, et les deux saints se quittèrent. Le soir venu saint Enéour équipe son poulain, il le ferre d’acier, le bride, lui jette sur le dos une housse légère, lui attache au cou un anneau bénit, un ruban à la queue et, l’amenant près de la fontaine, il le chevauche en lui disant : «En avant » Aussitôt le poulain part rapide comme un éclair, traverse ar Fao « le bois des hêtres» et Coat-Meur «le grand bois». « Forestier, disait saint Alour, as-tu vu passer le petit poulain rouge d’Enéour ? » – « Non, je l’ai seulement entendu passer dans la nuit noire. Il courait vers la fontaine. » Arrivé près de la fontaine, le pauvre animal  épuisé s’était arrêté. Il buvait à longs traits : « Bois, bois, disait son maître, bientôt le jour va luire, et … » A ces mots le coq chanta, le cheval rouge bondit, frappa de son sabot la pierre de la fontaine (l’empreinte y est restée), et voulut repartir. Trop tard. Le coq chantait pour la deuxième fois. Et c’est depuis ce jour, dit-on, que la parcelle de Coat-Meur et la fontaine de Saint-Sébastien, si proche de la chapelle de ce nom, appartiennent à Plonéour qui ne les cédera jamais.

Photo non disponible



Une paroissiale

PLOGOFF

Fontaine Saint Collodan

Il est connu sous différents noms : Ké, Colledoc, Quay, Colodoc.
Il serait venu du Pays de Galles sur un bateau en pierre. Il débarqua dans l’anse de Kertugal sur la commune de Saint Quay Portrieux. Battu à son arrivée par les habitants qui le prirent pour démon. Il ne du sa vie qu’au jaillissement d’une source miraculeuse qui lui permit de se soigner.
L’actuelle fontaine de Saint Quay se situe sur l’emplacement de cette source.



12345...31

nabil |
Vigne et cheval |
Coups de coeur et Cie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | c mina3
| Justina Angebury
| Réservation 2010 - Furet / ...