Saint Didy et compagnie.

PLOUIGNEAU

Fontaine Notre Dame de la Clarté.

Non loin du château de Lanidy et à A 500m de la chapelle disparue. Elle est au village de Lanidy sur la rive droite du Jarlot, à la sortie de Morlaix. Un peu en aval de son confluent avec le Trémorgant. La chapelle est à quelques mètres.

Elle était autrefois  dédiée à saint Didy, et aujourd’hui à Notre Dame de la Clarté.  La source a été déplacée à la suite de la construction de la ligne de chemin de fer.

On venait ici pour guérir les maux d’yeux. 

st idy f

Deux autres fontaines sur Plouigneau :

Fontaine saint Ignace.

Elle atteste l’existence de cette première fondation religieuse sur le site.

Fontaine saint Laurent.

A Kerbabu. La chapelle  est détruite.

Photos non disponibles.



Le cul sur l’autel !

PLOUGONVEN

Fontaine saint Albin.

Elle est près du bourg à 300 m au sud de la chapelle du même nom.

Les mères y menaient leurs enfants rachitiques. Après les avoir lavés à la fontaine, elles les faisaient asseoir sur l’autel de la chapelle.

L’eau était aussi utilisée en boisson pour la guérison des fièvres intermittentes.

 

Photo non disponible. 



Seurin et Sauveur.

PLOUGONVEN

Fontaine saint Seurin.

Elle est au bord du ruisseau de Cuzulec à l’est du bourg non loin du lieu dit Guélé-Tré, près de la chapelle du même nom qui n’est plus aujourd’hui.

On y allait pour guérir les enfants qui avaient des boutons et des de croûtes de lait.  

Les adultes se faisaient verser de l’eau dans le cou pour guérir les rhumatismes, ou les prévenir.

Fontaine Saint Sauveur.

Photos non disponibles 



Eutrope armorié.

PLOUGONVEN

Fontaine saint Eutrope

Elle est au bas du bourg de saint Eutrope,  en direction de Plougonven. La fontaine est indiquée sur la gauche. Le ruisseau de Rosampoul passe à proximité.

Eutrope armorié. dans Fontaine de guérison Plougonven-st-Eutrope

C’est une fontaine monumentale avec un fronton armorié orné de l’écusson de la famille des Kerloaguen. Elle possède une fronton triangulaire avec une niche, surmontée d’une croix portant saint Eutrope et reposant sur trois murets.

Plougonven-font-st-Eutrope2 dans Fontaine monumentale-

On buvait l’eau à la source ou on remplissait des bouteilles. On y venait pour les coliques,et pour la  guérison de l’enfle (hydropisie). Elle alimente un beau lavoir.



Pour les bovins.

PLOUGONVEN

Fontaine de Christ  XVIIe

Elle est située au bas du bourg, dans la rue du même nom.

Pour les bovins. dans Fontaine à voûte- plougonven-font-de-Christ2-300x225

Elle est constituée d’un grand bassin rectangulaire et d’une source protégée par un petit édicule à fronton triangulaire sur lequel on peut lire « M : R : LE LAY : MA : FAIT : FAIRE : 1632″ . Au dessus on distingue un calice surmonté d’une hostie.

Plougonven-fontaine-de-Christ dans Fontaines sacrées-

Elle est en forme de pyramide pentue, avec une voûte, des jambages bas étroits en débord et une niche dont le saint est absent. 

On venait y mettre les bovins sous sa protection. 

Le lavoir a longtemps été fréquenté par les lavandières du village.



Pour la récolte.

PLOUGASNOU

Fontaine saint Sylvestre, en breton saint Gelvestr dit aussi saint Servais.

Elle est dans la lande de Lansfretour.  A 1km avant le carrefour Lanmeur/Morlaix dans un  pré, non loin du manoir de Mesgouez. A 1km avant le carrefour Lanmeur/Morlaix dans un  pré, non loin du manoir de Mesgouez. Un oratoire a été construit sur la fontaine en 1768 par un paysan de Kermouster qui avait découvert une statue de Servais dans la fontaine.

L’eau sourd s’écoule au chevet de la chapelle saint Servais.

Pour la récolte. dans Fontaine de dévotion plougasnou-st-sylvestre.-202x300

Lors du pardon on plongeait des baguettes de coudrier, qui, plantées ensuite dans les champs de lin, en assuraient une bonne récolte.

 



Abreuvoir.

 PLOUEZOC’H

Fontaine Sant Jésus. XVIIe

Elle se trouve au bord d´un vieux chemin qui relie la chapelle Saint-Antoine au Dourduff-en-Terre. L´abbé Vincent Prigent, recteur de Plouézoc´h de 1679 à 1690 y avait fait graver une inscription latine désormais presque illisible: « BIBE AQUAS VIATOR DE QUIBUS PUERI BIBEBUNT… », « Bois donc voyageur l´eau que boiront tes enfants… ». 

L‘association du mot breton sant et de Jésus est assez insolite. Le monument actuel date de la fin du XVIIe siècle et répond à la commande du recteur de la paroisse, un dénommé Prigent. Cette fontaine portant un nom hautement sacré, n’est pas pour autant un monument sacré.

st-jesus

Les statues des trois niches et le linteau ont été volés. L’inscription latine, devenue presque illisible, invite le passant à boire de l’eau.

La qualité de cette dernière est alors très réputée, et la fontaine alimentait de nombreux foyers.

Les pèlerins y passaient pour se rendre aux pardons de Saint-Antoine et de Saint-Jean-du-Doigt.

Abreuvoir. dans Fontaine de dévotion Plouezoch-font-sant-Jésus

Cliquer sur la photo

On dit de cette fontaine que c’est un puits-fontaine. Il comporte une niche. L’eau s’écoule de deux bassins guérissait de la coqueluche et des toux. En breton la coqueluche se dit « an dréo » d’ou le recours en Bretagne à ce saint..

 

 



Pour les corps.

PLOUEGAT-MOYSAN

Fontaine saint Laurent du Pouldour, Saint-Laurent du Trou d’eau.

On la découvre à 2km du bourg sur la route de Botsorhel. C’est une fontaine encaisséeédifiée dans une petite prairie.

L’eau est d’abord recueillie dans un bassin cir­culaire, évoquant celui d’un puits. De là, elle suit une canalisation, longue de six mètres, jusqu’à un mur de granit d’où elle tombe en une cascade de deux mètres, dans une piscine.

Pour les corps. dans Fontaine de guérison plouegat-m-font-st-laurent-209x300


Un bassin accueillait les baigneurs et des pierres scellées dans le mur, permettaient aux pèlerins de s’asseoir pour s’adonner aux ablutions. L’eau de la source est toujours claire, mais l’ensemble du monument est envahi par les herbes aquatiques et les fougères. 

 

plouegat-m-st-laurent dans Fontaines sacrées-

Le pardon était célébré le dimanche qui suivait le 10 août. On y venait pour soigner les rhumatismes, et pour donner des forces à son corps. Les rites, que l’on pratiquait dans la piscine, n’étaient conformes ni à la religion, ni à la morale. Ils remontaient, de toute évidence, à l’époque druidique. En effet, dans ce lieu, on a associé l’eau avec le feu, la source sacrée avec le dieu solaire, remplacé par saint Laurent martyrisé et brûlé vif, comme le veut la légende .

plouegatmstlaurent-201x300 dans Maladies de la peau-

La fontaine Saint-Laurent est une fontaine lustrale. Dans la nuit du 9 au 10 août, les pèlerins accomplissaient à genoux le tour de la chapelle, puis passaient sous une pierre creusée en forme de four, pour rappeler le supplice de saint Laurent. Ensuite, les hommes se baignaient, nus, dans la source, avant le lever du soleil. Toute la nuit, ce n’étaient que danses, libations, tournois de lutte… sur la garenne, à la lueur des cierges consacrés. Au lever du soleil, c’était le tour des femmes : dans une tenue aussi légère que celle des hommes, elles pratiquaient leurs ablutions dans les eaux sacrées. (On retrouve dans ce rituel la persistance d’une croyance celtique : la nuit, le dieu Soleil reprend des forces dans les eaux souterraines et à l’aube, la déesse-mère – Sirona … – donne naissance au fils solaire.) En 1855, les débordements occasionnés par les baigneurs lors de la fête entraînent la promulgation d’un arrêté municipal réglementant les cabaretiers et interdisant toute atteinte à la pudeur.

On y traite les maladies de peau, et la virilité.




A la vie ! à la mort !

PLOUEGAT GUERAND

 Sainte-Marguerite de Pont-Ménou.

De la chapelle, il ne reste aujourd’hui qu’un oratoire qui l’a remplacé. Il y avait ici une léproserie. Elle servait jadis de halte pour les pèlerins du Tro Breiz.

Entrée très jeune au monastère, Marguerite  dut le  quitter atteinte de la lèpre. Guérie miraculeusement après avoir invoqué la Vierge, elle ne retourna pas immédiatement dans la communauté mais travailla dans les fermes où elle soigna et guérit de nombreux malades.

 Feuteun an Ankou

Sur le bord du chemin vicinal de Guerlesquin à la limite de Plouigniau., au croisement des routes du Roudour et de Ry Coz.  Celui qui voulait connaître le temps qui lui restait à vivre, allait se pencher, la première nuit de mai, à minuit précise, au dessus de la fontaine. Si sa mort était proche, il apercevait une tête de mort en lieu et place de son image. La fontaine de la Mort fonctionne comme un miroir qui renvoie une autre lumière, le reflet de l’autre monde ! Se penché de nuit sur le bassin de la fontaine équivaudrait donc à une conjuration du sort…

Ce même jour aussi, les mères menaient dans la journée le dernier de leurs enfants né depuis le mois de mai de l’année précédente, afin de savoir s’il vivrait longtemps. Ils étaient plongés dans l’eau pour les rendre plus robustes.

Fontaine saint Trémeur

La fontaineest à l’abandon

Photos on disponibles.



Pour le feu.

PLOUEGAT  GUERAND.

Fontaine saint Laurent (XVIIe).

A partir du bourg, suivre à gauche la route du Ponthou, parallèle à la R.N. 12 menant à Morlaix. Prendre la direction de Botsorhel et s’arrêter au hameau de Kerbabu.

De la chapelle Saint-Laurent du Pouldour, bâtie au début du XVIIe siècle, ne subsiste que cette fontaine, fontaine rustique, qui portait autrefois l’écusson des Penhoët de Kergoallon.

Pour le feu. dans Fontaine de guérison Plouegat-Guerrand-fon-St-Laurent-300x225

C‘est un édicule  à haute margelle d’où l’eau tombait dans un  bassin. Une statue de granit, à l’effigie de saint Laurent, réalisée en 1993, remplace celle qui se trouvait autrefois à l’intérieur de l’édifice.

Généralement, l’eau des fontaines dédiées à saint Laurent était réputée pour guérir des brûlures et  du « feu de Saint-Laurent », l’eczéma, et les mères en donnaient à leurs enfants.

Les rhumatisants prenaient un bain dans la fontaine.



123456

nabil |
Vigne et cheval |
Coups de coeur et Cie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | c mina3
| Justina Angebury
| Réservation 2010 - Furet / ...