Saint vagabond.

PEUMERIT

  Fontaine Saint Joseph.

Sise à proximité de la chapelle du même nom. A partir de la mairie il faut 2 à 3  km avant de trouver sur la  droite au croisement de la D57 la direction de la chapelle.

Immédiatement à gauche la chapelle est indiquée. La fontaine elle, se trouve vers le hameau de Lambrat. Le chemin s’amorce à côté du ruisseau à gauche.

st joseph  

C’est un petit monument avec un toit en bâtière. Le Saint autrefois était dans sa niche.

Cette fontaine servait dit-on à protéger les nouveaux nés.

 

 



Saint Drien.

PENMARC’H

Fontaine saint Drien appelée aussi saint Pustec ou Pustoch « celui qui guérit les pustules »

De puster en breton.

Elle se trouve sur la route du Guilvinec à côté de la chapelle Saint Marc.

Les jeunes filles y lançaient un morceau de poterie. Le nombre de bulles d’air provoquées par leur chute indiquaient le nombre d’années devant s’écouler avant leur mariage.

pustoc'h1 

  On venait aussi lancer des épingles dans l’eau, car cela avait pour vertu de dissiper rapidement mes maux de têtes les plus virulents.

Saint Pustec y était invoqué pour guérir les maladies de la peau des enfants.



Quoi de neuf ?

PENMARC’H

Fontaine saint Steven

Pour obtenir la pluie, il faut que neuf femmes se prénommant marie vident la fontaine, et fassent le tour en récitant le chapelet.

  

Feuteun nevez.

Fontaine monumentale. Non loin de sites mégalithiques importants. Cette fontaine était la seule de Penmarch où les habitants pouvaient puiser de l’eau. Purement utilitaire donc. Ce n’est pas une « belle fontaine ».

Feuteun sant Laurans.

Dans le cimetière de st Nonna. La fontaine aujourd’hui est murée.

Fontaine sainte Croix.

Près de Poulgallec. La chapelle est détruite. On l’appelle Feuteun ar Grucifix.

 Photos non disponibles.

 



L’ermite.

PENMARC’H

Fontaine Saint Nonna.

Saint Nonna fit jaillir cette source au nord de l’église.

« Nonna (ou Vougay) était au 6e siècle l’archevêque d’Armagh en Irlande. Disciple de Saint Dewi (Saint Patron du Pays de Galles.), il voulait vivre une vie de méditations. Pour cela il dut quitter son confort et traversa la Manche pour rejoindre la Bretagne sur un rocher qui lui servit de navire (et oui, n’oublions pas que c’est un futur Saint…). Ce moyen de locomotion peu discret et quelques autres miracles lui amènent la renommée et l’empêche de trouver la tranquillité nécessaire à sa foi. Il reprend la mer à la recherche d’un lieu propice à son ermitage… »

Nonna

Nonna est le Saint fondateur de la paroisse. Il a donc fait jaillir la source.

La fontaine a été restaurée. Cette restauration froide et rigide lui a fait perdre tout son charme ancien. Nous sommes en bord de rue et à côté d’un abris bus …………..

 

 




Terre de Genêts.

PLOBALANNEC LESCONIL

  Fontaine du Plonivel.

plonivel

  A environ 800m après la chapelle, la fontaine se trouve sur la gauche après un virage, légèrement en contrebas. C’est un édifice très simple. Deux pierres forment un arc boutant. Il n’y a pas de saint. Probablement il n’y en eu jamais.

Le culte rendu ici était simple et primitif. 
Un bassin recueille l’eau qui déborde largement.

 



Les deux font la paire.

PENMARC’H

    Fontaine de la Madeleine

   Il faut prendre la rue de Saint Stévan. Elle est appelée aussi fontaine de Saint Puster et se trouve au lieu dit Lestrigou, la chapelle est indiquée.  La fontaine se trouve derrière la chapelle qui était autrefois dédiée  à Saint Etienne.

Près du hameau de Lescors à Penmarc’h, l’emplacement de la chapelle correspond à un ancien culte celte, organisé autour de la Pointe de la Torche et dont attestaient jadis des alignements de menhirs proches. Puis le lieu abrite dès le XIIIe siècle une  léproserie : les lépreux ou « ladres »  ou « cagots » mis au ban de la société y vivaient à l’écart, mais disposaient d’une chapelle dédiée à saint Étienne. Ici, à Penmarc’h, l’autel avait été construit au dessus d’une source, dont les eaux traversaient l’église d’est en ouest avant d’atteindre la fontaine de Feunteun Sant Pustoc’h et celle de Sant Stefen: c’est ainsi que cette eau acquérait des vertus curatrices envers les maladies de la peau. » Puster, « pustule », et il s’agit de l’un de ces noms et l’un de ces saints forgés de toute pièce par une effet de langue pour répondre aux besoins du culte : on avait besoin d’un saint guérisseur de pustule, eh bien voilà Sant Pustoc’h ! (Mireille Andro). Cette fontaine porte aussi le nom de Feunteun Intron Varia an Delivrans, ce qui fait penser que les femmes s’y rendaient pour que l’accouchement se passe bien. Cette fontaine semble donc se dédoubler dans ses fonctions, tantôt dédiée à Sant Pustoch contre les maladies (on transmettait au saint la maladie d’un enfant en faisant porter quelques instants à sa statue la chemise du petit malade, et le mal était ainsi « fixé », ou bien on posait la chemise d’un patient et on regardait si elle surnageait, signe de guérison), et tantôt réservée aux parturientes. (Mireille Andro). Au XVIe siècle, la petite chapelle est agrandie et dédiée (à la suite d’un voeux ) à sainte Marie-Madeleine. Celle-ci est la patronne des lépreux car celle est, selon l’évangile de Jean, la sœur de Lazare. 

Penmarch font de la Madeleine 

La pierre supérieure qui formait la pointe n’a pas été remplacée. On a mis à la place une pierre droite.  Et sur le muret avant a été posé une partie de sculpture.  Deux reposoirs encadrent le profond bassin. L’eau s’écoule dans un bassin beaucoup plus grand ceinturé par un mur.

 penmarchlamadeleinemk.jpg

Il y a deux fontaines de dévotion sur le site.

penmarchfontdelamadeleine.jpg

Derrière la chapelle , on découvre une fontaine datée du début du XIIIème siècle.

 Si les fontaines se trouvent dans les abords immédiats de la chapelle, la fontaine originelle de Saint Etienne, est plus difficile à trouver. Il faut suivre un sentier qui est face au centre équestre.  La fontaine est au bout du chemin. C’est un monument assez bas et profond. Le toit très incliné possède une petite niche . Des pierres sont dispersées de part et d’autres. 

On y priait contre la fièvre et pour avoir de la pluie en période de sécheresse.

Vu l’importance de la flotte de Penmarc’h du XIVe siècle au XVIIe siècle, la production de cordes, alors en chanvre, était nécessairement importante dans la région, ce qu’illustre le lieu-dit Valordi (situé près de la Pointe de la Torche en Plomeur) qui signifie en breton « maladrerie », « léproserie », or les lépreux s’adonnaient traditionnellement à la fabrication des cordages. (…) « La chapelle de la Madeleine, aujourd’hui en Penmarc’h, située à proximité, leur est manifestement destinée. En effet les toponymes « La Madeleine » sont synonymes des noms de lieux « La Maladrerie » et sainte Madeleine est la patronne des cordiers ». La disposition des différents bassins et de la rigole de trop-plein de la fontaine de la Madeleine indique qu’il s’agissait d’une fontaine de rinçage de torons à cordes[(wikipedia).



Traon ar Poul.

PENMARC’H

Fontaine de Poulguen 

Fontaine de la rue Traon ar poul.

On peut apercevoir la fontaine sous un amas de grosses dalles, ce qui tendrait à prouver à l’ancienneté de ce culte. On a bâti au-dessus un monument à l’aspect peu commun. La niche ne fait pas face au bassin.  La partie arrière est inclinée. Deux grands bassins côtoient la fontaine mais n’y sont pas attenants. Elle est en partie recouverte de lierre.

penmarchfontainedepoulpiquetpoulguen.jpg

Traon ar Poul. dans Fontaine de dévotion copy

……

 



1234

nabil |
Vigne et cheval |
Coups de coeur et Cie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | c mina3
| Justina Angebury
| Réservation 2010 - Furet / ...